Accueil > Soignant > Urgences - Réanimation > Physiologie des vaisseaux et des pressions sanguines

Physiologie des vaisseaux et des pressions sanguines

Mis à jour le 1/8/2019

1. Physiologie des artères

1.1 Pression sanguine artérielle

  • La pression artérielle (PA) est la pression qui règne dans la circulation artérielle à haute pression, permettant la distention du système artériel et l'écoulemet du sang pour perfuser les organes.
  • Elle s'exprime en millimètre de mercure : mmHg
  • Elle résulte du débit cardiaque, des résistances périphériques et de la volémie sanguine.
  • 3 facteurs qui agissent sur la pression sanguine artérielle :
    • Débit cardiaque : une augmentation de la fréquence cardiaque entraîne une augmentation de la pression sanguine artérielle
    • Volume sanguin : une augmentation du volume sanguin entraîne une augmentation de la pression sanguine artérielle
    • Résistance périphérique : une augmentation de la résistance périphérique par la diminution du diamètre des vaisseaux, entraîne une augmentation de la pression sanguine artérielle
  • La pression artérielle comporte trois valeurs :
    • Pression artérielle systolique : PAS
    • Pression artérielle diastolique : PAD
    • Pression artérielle moyenne : PAM
Le saviez-vous ?

Le terme « tension artérielle » couramment utilisé est incorrect et doit être remplacé par « pression artérielle ». Effectivement, ces deux termes définissent deux valeurs disctinctes !

  • La pression qu'exerce le sang sur la paroi vasculaire correspond à une force mécanique dénommé tension pariétale (T).
  • Cette tension pariétale est une force appliquée sur une unité de longeur. Elle s'exprime en dynes/cm.
  • La tension pariétale (T) correspond au produit de la pression artérielle (P) par le rayon du vaisseau artériel (r) : T = P x r

Ainsi, le terme de « tension artérielle » couramment utilisé en clinique est impropre, puisque dans la pratique soignante il s’agit de la mesure d’une pression (exprimée en millimètre de mercure) et non d’une tension (exprimée en dynes par centimètre).

Par conséquent, on devrait parler d'hyperpression ou d'hypopression artérielle, plutôt que d'hypertension ou d'hypotension artérielle.

1.1.1 Pression artérielle systolique : PAS

La pression artérielle systolique (PAS) est la pression mesurée dans les artères au moment de la contraction cardiaque, on l'appelle encore en langage courant " maxima ".

1.1.2 Pression artérielle diastolique : PAD

La pression artérielle diastolique (PAD) est la pression mesurée dans les artères pendant le relâchement du ventricule, on l'appelle encore en langage courant " minima ".

La pression artérielle diastolique reflète la qualité de l'irrigation des artères coronaires.

1.1.3 Pression artérielle moyenne : PAM

La pression artérielle moyenne (PAM) est la pression théorique qui assurerait un débit constant de perfusion sanguine des organes.

Le saviez-vous ?

Bien que sa dénomination évoque une moyenne, la pression artérielle moyenne ne correspond pas à la moyenne de la pression artérielle systolique et de la pression artérielle diastolique !

  • La pression artérielle moyenne se calcule selon les formules suivantes :
    • PAM = (PAS + (2 x PAD)) / 3
    • PAM = (1/3)PAS + (2/3)PAD

1.1.4 Pression différentielle ou pression pulsée

La pression différentielle ou pression pulsée est la différence entre la pression systolique et la pression diastolique.

La pression différentielle ou pression pulsée est la pression qui est ressentie lors de la palpation. Elle donne la sensation du pouls.

  • La pression différentielle ou pression pulsée se calcule selon la formule suivante :
    • Pression différentielle = PAS - PAD

1.1.5 Régulation de la pression artérielle par le système nerveux extrinsèque

  • Le système nerveux extrinsèque est le système nerveux végétatif
  • Le système nerveux végétatif intervient uniquement pour modifier l’activité cardiovasculaire et pour l’adapter à l’action générale de l’organisme
  • Le système nerveux végétatif comprend 2 éléments :
    • Le système sympathique
    • Le système parasympathique
  • Le système sympathique possède des récepteurs adrénergique alpha-1 (α1), alpha-2 (α2) et bêta-2 (β2), sensibles à l'adrénaline et la noradrénaline (catécholamines adrénergiques), qui ont des effets de stimulation positive et négative sur les vaisseaux sanguins :
    • Effet de vascoconstriction : par les récepteurs adrénergique alpha-1 (α1) et alpha-2 (α2)
    • Effet de vasodilatation : par les récepteurs adrénergique bêta-2 (β2)

2. Physiologie des veines

2.1 Reflux veineux

  • Le reflux veineux permet d'acheminer le sang désoxygéné jusqu'au coeur
  • Le reflux veineux dépend de plusieurs paramètres :
    • Des résidus de la force propulsive systolique (lors de la systole) cardiaque
    • De la dépression abdominale qui provient des mouvements respiratoires du diaphragme
    • De l’écrasement de la semelle veineuse lors de la marche
    • Des messages musculaires des veines profondes lors de la marche
    • De la retenue valvulaire des veines
Rédaction
Morgan PITTE
Infirmier Cadre de santé

Des ressources pédagogiques complètes

Nous vous offrons un espace dédié et gratuit pour vous accompagner : modules d'entraînement, plaquettes mémos, raisonnement clinique, objectifs d'apprentissage...

Accéder à l'espace membre
Votre adblocker est activé sur notre site. Pour garder le site EspaceSoignant gratuit, merci de bien vouloir désactiver votre AdBlock sur ce site. Désactiver sur ce site