Accueil > Soignant > Anesthésie - Chirurgie > La pose d'un masque venturi à oxygène

La pose d'un masque venturi à oxygène

Mis à jour le 7/8/2019

1. Définition

Le masque à effet Venturi est un dispositif d'administration de faibles à moyennes concentrations d'oxygène à la pression ambiante (oxygénothérapie normobare)

Le saviez-vous ?

L'emploi des termes « VentiMask® » et « VMK » est incorrect. Effectivement, ces termes désignent le nom d'une entreprise et la marque de certains masques d'inhalation.

2. Objectifs

  • Corriger une hypoxémie
  • Corriger une hypercapnie

3. Matériel nécessaire

  • Masque venturi à oxygène
Dispositif

Un masque venturi à oxygène se compose de différentes parties :

  • Ouvertures latérales sans valves souples : permet l'évacuation des gaz expirés (CO2)
  • Tube souple : situé entre la masque et la buse venturi
  • Buse à venturi : différentes buses pour différentes FiO2. Chaque buse possède une couleur différente et présente sur une de ses faces, la FiO2 prédéterminée et le débit d'O2 à régler
  • Source d'oxygène :
    • Prise murale d'oxygène :
      • Rotamètre (débitmètre à flotteur (bille en rotation))
      • Tuyau souple
      • Raccord biconique
  • Bouteille d'oxygène
    • Manodétendeur : permet de mesurer la pression, exprimée en bars, régnant dans la bouteille (manomètre) et d'ammener l'oxygène stocké sous haute pression à une pression plus faible où ce gaz pourra être utilisé (détendeur)
    • Tuyau souple
    • Raccord biconique
  • Sparadrap
  • Mouchoir
  • Réniforme
  • Sacs à élimination des déchets :
    • Sac à élimination des déchets assimilés aux ordures ménagères (DAOM)
    • Sac à élimination des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI)
  • Nécessaire à l'hygiène des mains
  • Solution détergente-désinfectante et chiffonnette

4. Procédure

4.1 Préparation du patient

  • Informer le patient sur les modalités du soin
  • Installer confortablement le patient en position demi-assise ou assise
  • Faire moucher, tousser et cracher le patient

4.2 Préparation du matériel

  • Nettoyer et désinfecter le plan de travail
  • Réaliser une hygiène des mains : friction hydro-alcoolique ou lavage simple des mains
  • Regrouper et disposer l'ensemble du matériel nécessaire :
    • Vérifier les dates de péremption
    • Vérifier l'intégrité des emballages
  • Ouvrir aseptiquement le matériel
  • Adapter le rotamètre à la source
  • Adapter l'humidificateur au rotamètre
  • Raccorder le tuyau souple ou le dispositif d'administration d'oxygène à l'humidificateur

4.3 Réalisation

Caractéristiques du masque venturi à oxygène

  • Débit : 2 à 15 lpm (litre par minute) en fonction de la buse choisie
  • Fraction inspirée en oxygène (FiO2) : 24 % à 60 % en fonction de la buse choisie

Utilisation

  • Appliquer le masque sur le visage du patient
  • Ajuster le masque à l'aide de l'élastique
  • Veiller à ce qu'il n'y ait pas de fuite
  • Raccorder le masque directement au détendeur débilitre d'oxygène
  • Régler le débit d'oxygène en fonction des inscriptions sur les buses
Débit d'oxygène

Le débit d'admission de l'oxygène (en litre par minute - lpm) détermine la concentration en O2 de l'air.

  • Le masque doit être utilisé avec des débit faibles à moyens : 2 à 15 lpm (litre par minute)
    • Débit : 2 à 15 lpm (litre par minute) en fonction de la buse choisie
    • Débit maximum de 15 lpm
  • Fraction inspirée en oxygène (FiO2) : 80 % à > 90 %
    • Fraction inspirée en oxygène (FiO2) : 24 % à 60 % en fonction de la buse choisie
    • La fraction inspirée en oxygène obtenue dépend de la buse et de la qualité de la ventilation du patient
Masque venturi à oxygène
Débit FiO2
2 lpm 24 %
4 lpm 28 %
8 lpm 35 %
8 lpm 40 %
15 lpm 60 %
lpm : litre par minute
FiO2 : fraction inspirée en oxygène
    Principe
    • Fonctionnement du masque venturi :
      • L’oxygène passe dans la buse venturi, entraînant l’air ambiant à travers les orifices d’entraînement d’air
      • L'arrivée d'air ambiant à travers les orifices d’entraînement d’air, crée une proportion constante de mélange air/oxygène supérieure au débit inspiratoire du patient
    • Changer le masque quotidiennement

    5. Complications - Incidents - Accidents

    • Effets nocifs de l'oxygène :
      • Sécheresse voire lésion des muqueuses : humidification de l'oxygène par barbotage dans un humidificateur pour des débits supérieurs à 3 lpm (litres par minute)
      • Toxicité de l'oxygène par production de radicaux libres dans les poumons, lors de l'utilisation prolongé à une fraction supérieure à 60 %
      • Majoration d'une hypercapnie lors de l'insuffisance respiratoire chronique
    • Gêne si trop serré, impression d'étouffement ou d'oppression
    Important

    Danger de l'oxygénation lors de l'insuffisance respiratoire chronique (IRC)

    • La ventilation alvéolaire est commandée par des centres respiratoires
    • Les centres respiratoires sont stimulés par :
      • La PaO2 : pression partielle exercée par l'oxygène (O2) dans le sang artériel
      • La PaCO2 : pression partielle exercée par le dioxyde de carbone (CO2) dans le sang artériel
    • Dans l'insuffisance respiratoire chronique, il existe une hypercapnie de base (chronique) (élévation de la PaCO2)
    • L'hypercapnie de base entraîne une accoutumance des centres respiratoires à ce taux élevé de PaCO2
    • L'accoutumance des centres respiratoires à l'hypercapnie de base fait que le seul stimulus pouvant influencer la ventilation est la PaO2
    • Le fait que la PaO2 soit le seul stimulus pouvant influencer la ventilation entraîne d'importantes conséquences lors de l'oxygénation médicale :
      • Un apport important d'oxygène entraîne une régulation négative des centres respiratoires
      • La régulation négative des centres respiratoires entraîne une hypoventilation
      • L'hypoventilation entraîne une majoration de l'hypercapnie de base (élévation de la PaCO2)
      • La majoration d'une hypercapnie déjà existante entraîne un coma hypercapnique

    6. Surveillance

    • Coloration des téguments
    • Paramètres vitaux : conscience, pression artérielle, fréquence cardiaque, fréquence respiratoire, amplitude respiratoire, saturation pulsée de l'hémoglobine en oxygène (SpO2)
    • Vérification du débit
Rédaction
Morgan PITTE
Infirmier Cadre de santé
Référence
  1. Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises. Recommandations relatives aux unités d’enseignement « Premiers secours en équipe » (PSE1 et PSE2) [Internet]. Ministère de l’intérieur; 2018 [cité 4 août 2019]. Disponible sur: https://www.interieur.gouv.fr/content/download/111138/888108/file/Recommandations%20premiers%20secours%20-%20Fiches%20modifi%C3%A9es%20juin%202018%20publi%C3%A9es.pdf
  2. Dictionnaire médical de l’Académie de Médecine [Internet]. Paris: Académie nationale de médecine; 2019. Oxygénothérapie normobare. [cité 13 mai 2019]. Disponible sur: http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=oxygenotherapie+normobare
  3. CClin Sud-Ouest. Préparation et administration des médicaments dans les unités de soins : bonnes pratiques d’hygiène [Internet]. 2006 [cité 3 août 2019]. Disponible sur: https://www.preventioninfection.fr/?jet_download=2683
  4. Société Française d’Hygiène Hospitalière. Surveiller et prévenir les infections associées aux soins [Internet]. Paris: Health & Co; 2010 [cité 3 août 2019]. (Hygiènes; vol. XVIII). Disponible sur: https://sf2h.net/wp-content/uploads/2010/09/SF2H_surveiller-et-prevenir-les-IAS-2010.pdf

Des ressources pédagogiques complètes

Nous vous offrons un espace dédié et gratuit pour vous accompagner : modules d'entraînement, plaquettes mémos, raisonnement clinique, objectifs d'apprentissage...

Accéder à l'espace membre
Votre adblocker est activé sur notre site. Pour garder le site EspaceSoignant gratuit, merci de bien vouloir désactiver votre AdBlock sur ce site. Désactiver sur ce site