pub
Module 3 - Pathologies

Accident vasculaire cérébral ischémique

1. Définition

L'accident vasculaire cérébral ischémique (AVC ischémique) est une affection neurologique brutale caractérisée par l'apparition brutale d'un déficit neurologique focal secondaire à une ischémie.

  • Les accidents vasculaires cérébraux regroupent :
    • L'infarctus cérébral : affection neurologique brutale caractérisée par l'apparition brutale d'un déficit neurologique focal secondaire à une ischémie constituée
    • L'accident ischémique transitoire (AIT) : affection neurologique brève, durant moins d'une heure, caractérisée par l'apparition d'un déficit neurologique bref, secondaire à une ischémie focale cérébrale ou rétinienne, sans lésion cérébrale

2. Physiopathologie

  • Deux mécanismes peuvent conduire à un accident vasculaire cérébral ischémique :
    • Mécanisme thrombotique :
      • La thrombose d'un artère cérébrale entraîne en aval, l'interruption brutale de la circulation de sang artériel (ischémie)
      • L'interruption brutale de la circulation de sang artériel entraîne une inadéquation entre les besoins cellulaires et les apports en oxygène (hypoxie)
      • L'hypoxie cérébrale entraîne l'apparition brutale d'un déficit neurologique focal
    • Mécanisme hémodynamique :
      • La chute du débit sanguin cérébral (perfusion cérébrale) sans origine occlusive, entraîne l'interruption brutale de la circulation de sang artériel (ischémie)
      • L'interruption brutale de la circulation de sang artériel entraîne une inadéquation entre les besoins cellulaires et les apports en oxygène (hypoxie)
      • L'hypoxie cérébrale entraîne l'apparition brutale d'un déficit neurologique focal

3. Etiologies

  • Athérosclérose
  • Embolie
  • Infarctus lacunaire
  • Dissection artérielle
  • Infection et/ou inflammation vasculaire
  • Polyglobulie

4. Examens et signes cliniques

  • En cas d'accident vasculaire cérébrale ischémique, l'ensemble des symptômes dépend du territoire du vaisseau artérielle ischémique (carotide, vertébro-basilaire, lacune, sylviens, antérieur, postérieur, tronc basilaire, …)
  • Céphalée
  • Troubles moteurs :
    • Hémiparésie : paralysie légère d'une moitié du corps
    • Hémiplégie : paralysie totale d'un côté du corps
      • Hémiplégie brachiofaciale
      • Hémiplégie massive
    • Apraxie : trouble de la coordination de l'activité gestuelle avec incapacité d'exécuter volontairement des gestes vers un but déterminé
    • Ataxie : trouble de la coordination des mouvements, de l'équilibre et de la marche
  • Troubles sensitifs :
    • Hémianesthésie
    • Anesthésie thermoalgique
  • Troubles de la vision :
    • Hémianopsie latérale homonyme (HLH) : perte d'une moitié du champ visuel homonyme
    • Diplopie
    • Agnosie visuelle : trouble de capacité de reconnaissance des objets, des personnes ou des lieux
    • Alexie : trouble de la lecture
  • Troubles du langage :
    • Dysarthie : trouble de l'articulation
    • Aphasie : trouble du langage affectant l'expression ou la compréhension du langage parlé ou écrit
      • Aphasie globale
      • Aphasie de Broca : aphasie motrice non fluente
      • Aphasie de Wernicke : aphasie sensorielle et fluente
  • Troubles de la déglutition
  • Troubles sphinctériens :
    • Rétention urinaire
    • Incontinence urinaire
    • Constipation
  • Troubles pshycologiques, de la conscience et de la vigilance :
    • Anosognosie : non-reconnaissance du trouble
    • Hémiasomatognosie : non-reconnaissance de l'hémicorps paralysé
    • Dépression, repli sur soi
    • Coma

5. Examens et signes paracliniques

5.1 Examens médicaux

  • Scanner cérébral (Tomodensitométrie : TDM) sans injection : permet de confirmer le diagnostic
    • Hypodensité
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) cérébrale
  • Angiographie cérébrale
  • Examens étiologiques :
    • Electrocardiographie (ECG)
    • Echographie-doppler cervicale
    • Fond d'oeil

5.2 Examens biologiques

  • Bilan biologique :
    • Hémostase et facteur de coagulation
    • Plaquettes

6. Complications

  • Epilepsie
  • Spasticité
  • Démence
  • Dépression
  • Anxiété
  • Chutes
  • Thromboembolisme veineux
  • Rétractions tendineuses et déformations squelettiques
  • Escarres
  • Constipation
  • Dénutrition, déshydratation
  • Douleurs
  • Infections
  • Séquelles neurologiques

7. Prise en soins

  • Hospitalisation en unité de soins intensifs
  • Traitement physique :
    • Repos au lit : décubitus dorsal strict jusqu'à la réalisation d'une échographie-doppler cervicale (troncs supra-aortiques) : permet de rechercher une cause hémodynamique
    • Protection de l'hémicorps paralysé
  • Prise en charge diététique :
    • Arrêt de l'alimentation orale (per os) : éviter une pneumopathie d'inhalation en cas de troubles de la déglutition
    • Sondage gastrique pour alimentation entérale
    • Apport hydrique suffisant
  • Prise en charge médicale :
    • Antihypertenseur si pression artérielle élevée > 220/120 mmHg
      • La poussée tensionnelle est respecté afin de maintenir un débit sanguin cérébral suffisant
    • Thrombolyse
    • Maintenir la liberté des voies aériennes, oxygène médical si besoin
    • Antalgique
    • Antipyrétique
    • Insuline si hyperglycémie
    • Hydratation par du sérum salé isotonique (pas de sérum glucosé) : lutter contre l'hyperglycémie
    • Antibiotique : prévention et traitement des complications infectieuses
    • Antimycosique : prévention et traitement des complications infectieuses
    • Sondage urinaire : lutter contre la rétention urinaire
    • Appareillage urinaire (protection, système collecteur) : lutter contre l'incontience urinaire
    • Laxatif : lutter contre la constipation
    • Prévention et traitement des escarres
    • Bandes élastiques de contention : prévention du thromboembolisme veineux
  • Prise en charge kinésithérapique :
    • Kinésithérapie motrice
  • Prise en charge ergothérapique :
    • Aménagement de l'environnement
    • Adaptation du lieu de vie
    • Adaptation du lieu du travail
  • Prise en charge orthophonique
  • Prise en charge psychologique et de soutien :
    • Soutien psychologique pour le patient et son entourage
Mise à jour le 11/12/2016
Morgan PITTE
Infirmier
Rédaction EspaceSoignant.com

Références

  • Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS). Guide Affection de Longue Durée (ALD) : " Accident vasculaire cérébral ". Mars 2007.
  • Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS). Recommandations de bonne pratique : " Accident vasculaire cérébral : prise en charge précoce ". Mai 2009.