pub
UE 2.1 - Biologie fondamentale
pub

Troubles de l'équilibre hydro-électrolytique

1. Définitions

L'équilibre hydro-électrolytique est un équilibre entre l'eau et les électrolytes de l'organisme.

Un trouble de l'équilibre hydro-électrolytique est la perturbation de l'un des paramètres d'équilibre hydro-électrolytique.

1.1 Notions et définitions

  • Un osmole est une particule qui exerce un pouvoir d'attraction des molécules d'eau (pression osmotique)
  • L'osmose est le principe de diffusion d'un solvant selon un gradient de concentration à travers une membrane semi-perméable : allant du compartiment à faible concentration d’osmoles vers celui à forte concentration d’osmoles : pression osmotique
  • L'osmolalité est la somme des concentrations de toutes les particules osmotiques dans 1 kilogramme de solvant (exemple de solvant : eau plasmatique)
  • L'osmolarité est la somme des concentrations de toutes les particules osmotiques dans 1 litre de solution (exemple de solution : plasma)
  • L'osmolalité plasmatique est la somme des concentrations de toutes les particules osmotiques dans 1 kg d'eau plasmatique
  • L'osmolarité plasmatique est la somme des concentrations de toutes les particules osmotiques dans 1 l de plasma

2. Equilibre hydrique

2.1 Secteurs liquidiens

  • L'eau représente environ 60 % du poids du corps chez l'homme et 50 % chez la femme
  • L'eau est répartie en deux secteurs ou compartiments :
    • Secteur intracellulaire
      • Liquide intracellulaire : 2/3 de l'eau totale
    • Secteur extracellulaire
      • Liquide extracellulaire : 1/3 de l'eau totale
        • Secteur interstitiel
        • Secteur intravasculaire : plasma
        • Secteur transcellulaire : sucs digestifs, liquide pleural, liquide péricardique, ultrafiltration glomérulaire, …
  • Les deux secteurs sont séparés par la membrane cellulaire qui est perméable à l'eau mais n'est pas perméable aux molécules et aux ions

2.1 Echanges hydriques entre les secteurs liquidiens

  • Le passage de l'eau d'un secteur à l'autre à travers la membrane, dépend de la concentration de particules osmotiques dans chacun des secteurs : gradient osmotique
  • Une modification de l'osmolarité d'un secteur entraîne un mouvement d'eau afin d'égaliser les osmolarités extracellulaires et intracellulaires :
    • L'eau passe du secteur de plus faible osmolarité au secteur de plus forte osmolarité :
      • Hyperosmolarité :
        • Une augmentation de l'osmolarité extracellulaire entraîne un passage d'eau du secteur intracellulaire vers le secteur extracellulaire afin d'égaliser les osmolarités
      • Hypo-osmolarité :
        • Une diminution de l'osmolarité extracellulaire entraîne un passage d'eau du secteur extracellulaire vers le secteur intracellulaire afin d'égaliser les osmolarités

3. Hyponatrémie

3.1 Définition

L'hyponatrémie est une diminution de la concentration plasmatique de sodium (Na+ < 138 mmol/l)

  • 98 % du sodium se trouve dans le secteur plasmatique : il est le cation principal du secteur extracellulaire :
    • Concentration plasmatique en sodium : Natrémie normale : 138 – 143 mmol/l
    • Concentration intracellulaire en sodium : Natricytie normale : 10 - 15 mmol/l

3.2 Physiopathologie

  • Le sodium est le cation principal du secteur extracellulaire. Le sodium est donc le principal constituant de l'osmolarité plasmatique : extracellulaire
  • La perte de sodium ou sa dilution entraîne une hypo-osmolarité extracellulaire
  • L'hypo-osmolarité extracellulaire entraîne un passage d'eau du secteur extracellulaire vers le secteur intracellulaire afin d'égaliser les osmolarités
  • Le passage d'eau du secteur extracellulaire vers le secteur intracellulaire entraîne une hyperhydratation intracellulaire et une déshydratation extracellulaire

3.3 Etiologies

  • Perte de sodium
    • Pertes digestives :
      • Vomissements
      • Diarrhées
      • Fistules digestives
      • Aspirations digestives non compensées
      • Abus de laxatifs
    • Pertes rénales :
      • Néphropathies tubulo-intersitielle
      • Polyurie osmotique
      • Insuffisance surrénale
    • Pertes cutanées :
      • Sudation importante
      • Exsudation cutanée
      • Anomalie qualitative de la sueur (mucoviscidose)
  • Hyponatrémie de dilution
    • Apport hydrique excessif : potomanie, syndrome du buveur de bière
    • Trouble de la sécrétion de l'hormone antidiurétique (HAD)
    • Traitement diurétique : augmentation de la natriurèse

3.4 Signes cliniques

  • Dégout de l'eau
  • Inappétence
  • Nausées, vomissements
  • Céphalées
  • Signes de gravité :
    • Trouble de la conscience, syndrome confusionnel
    • Comitialité
    • Coma

3.5 Prise en charge

  • Prise en charge médicale :
    • Soluté salé hypertonique : permet une correction rapide de l'hyponatrémie
    • Soluté salé isotonique : si volume extracellulaire bas
    • Restriction hydrique : si volume extracellulaire normal
    • Diurétique : si volume extracellulaire augmenté

4. Hypernatrémie

4.1 Définition

L'hypernatrémie est une augmentation de la concentration plasmatique de sodium (Na+ > 143 mmol/l)

  • 98 % du sodium se trouve dans le secteur plasmatique : il est le cation principal du secteur extracellulaire :
    • Concentration plasmatique en sodium : Natrémie normale : 138 – 143 mmol/l
    • Concentration intracellulaire en sodium : Natricytie normale : 10 - 15 mmol/l

4.2 Physiopathologie

  • Le sodium est le cation principal du secteur extracellulaire. Le sodium est donc le principal constituant de l'osmolarité plasmatique : extracellulaire
  • La perte d'eau ou l'apport excessif de sodium entraîne une hyperosmolarité extracellulaire
  • L'hyperosmolarité extracellulaire entraîne un passage d'eau du secteur intracellulaire vers le secteur extracellulaire afin d'égaliser les osmolarités
  • Le passage d'eau du secteur intracellulaire vers le secteur extracellulaire entraîne une déshydratation intracellulaire et une hyperhydratation extracellulaire

4.3 Etiologies

  • Perte d'eau non compensée :
    • Perte cutanée (brûlure)
    • Perte respiratoire (hyperventilation)
    • Polyurie hypotonique
    • Polyurie osmotique : diabète, mannitol, …
    • Diarrhée, vomissement
  • Déficit d'apport hydrique
  • Apport massif de sodium

4.4 Signes cliniques

  • Soif
  • Sécheresse des muqueuses
  • Perte de poids
  • Asthénie
  • Hyperthermie
  • Trouble de la conscience, syndrome confusionnel
  • Comitialité
  • Somnolence voire coma

4.5 Prise en charge

  • Prise en charge diététique :
    • Apport hydrique
  • Prise en charge médicale :
    • Soluté glucosé à 5% : permet un apport hydrique sans apport de sodium

5. Hypokaliémie

5.1 Définition

L'hypokaliémie est une diminution de la concentration plasmatique de potassium (K+ < 3,5 mmol/l)

  • 98 % du potassium se trouve dans le secteur intracellulaire : il est le cation principal du secteur intracellulaire :
    • Concentration plasmatique en potassium : Kaliémie normale : 3,5 – 5 mmol/l
    • Concentration intracellulaire en potassium : Kalicytie normale : 120 mmol/l

5.2 Etiologies

  • Diminution d'apport de potassium
  • Transfert excessif du compartiment extracellulaire vers le compartiment intracellulaire :
  • Pertes digestives :
    • Vomissements
    • Diarrhées
    • Fistules digestives
    • Aspirations digestives non compensées
    • Abus de laxatifs
  • Pertes rénales :
    • Alcalose métabolique
    • Diurétique
    • Hyperaldostéronisme
    • Polyurie

5.3 Signes cliniques

  • Troubles neuro-musculaires :
    • Abolition des réflexes ostéotendineux (ROT)
    • Crampes, myalgies
    • Myasthénie voire paralysie flasque
    • Rhabdomyolyse

5.3 Signes paracliniques

  • Troubles du tracé électrocardiographique :
    • Onde T : diminution de l'amplitude
    • Segment ST : sous-décalage
    • Onde U : augmentation de l'amplitude
    • Intervalle Q-T : allongement
    • Extrasystole auriculaire
    • Extrasystole ventriculaire
    • Fibrillation auriculaire
    • Fibrillation ventriculaire

5.6 Prise en charge

  • Traitement diététique
    • Apport potassique : fruits frais et secs, légumes, viandes, chocolat
  • Traitement médical
    • Sels de potassium :
      • Chlorure de potassium intraveineux : en cas d'hypokaliémie sévère
      • Chlorure de potassium ou gluconate de potassium per os : en cas d'hypokaliémie peu sévère

6. Hyperkaliémie

6.1 Définition

L'hyperkaliémie est une augmentation de la concentration plasmatique de potassium (K+ > 5 mmol/l)

  • 98 % du potassium se trouve dans le secteur intracellulaire : il est le cation principal du secteur intracellulaire :
    • Concentration plasmatique en potassium : Kaliémie normale : 3,5 – 5 mmol/l
    • Concentration intracellulaire en potassium : Kalicytie normale : 120 mmol/l

6.2 Etiologies

  • Attention aux fausses hyperkaliémie : hémolyse du sang prélevé, hyperleucocytose majeure, thrombocytémie
  • Apport excessif de potassium
  • Transfert excessif du compartiment intracellulaire vers le compartiment extracellulaire :
    • Acidose métabolique
    • Catabolisme cellulaire accru
    • Exercice physique intense
    • Médicament et intoxication
  • Réduction de l'excrétion rénale :
    • Insuffisance rénale
    • Insuffisance surrénalienne

6.3 Signes cliniques

  • Paresthésie, paralysie

6.4 Signes paracliniques

  • Troubles du tracé électrocardiographique :
    • Onde T : haute, pointue, symétrique
    • Segment QT : raccourci, normal, allongé
    • Complexe QRS : élargis
    • Bloc sino-auriculaire
    • Bloc auriculo-ventriculaire
    • Fibrillation ventriculaire

6.5 Traitements

  • Augmenter le transfert du potassium vers le compartiment intracellulaire :
    • Association de soluté glucosé hypertonique et d'insuline : 5 g glucose / 1 UI insuline
      • L'insuline stimule la captation du potassium (K) par les cellules musculaires et hépatiques par stimulation de la Na+, K+-ATPase
      • Le glucose compense une éventuelle hypoglycémie
      • 5 g glucose / 1 UI insuline :
        • 500 ml de soluté glucosé à 30 % + 30 UI d'insuline
        • 500 ml de soluté glucosé à 10 % + 10 UI d'insuline
    • Bêtamimétique : Salbutamol en aérosol
      • Stimule la captation du potassium (K) par les cellules musculaires et hépatiques par activation de la Na+, K+-ATPase
    • Bicarbonate de sodium
      • Permet une alcalinisation plasmatique lors d'une acidose métabolique
  • Améliorer l'électrocardiogramme en antagonisant les effets du potassium sur le myocarde :
    • Sels de calcium :
      • Chlorure de calcium
      • Gluconate de calcium
  • Eliminer la surchage en potassium :
    • Résine échangeuse d'ions : sulfonate de polystyrène sodique (Kayexalate®)
    • Diurétique : permet d'augmenter l'excrétion rénale de potassium
    • Epuration rénale
Mise à jour le 19/12/2016
Morgan PITTE
Infirmier
Rédaction EspaceSoignant.com