pub
Module 3 - Pharmacologie
pub

Oxygénothérapie normobare : Sonde nasale à oxygène

1. Définition

L'oxygénothérapie normobare est une méthode visant à apporter artificiellement à un patient de l'oxygène à la pression atmosphérique.

2. Objectifs

  • Corriger une hypoxémie
  • Corriger une hypercapnie

3. Oxygénation lors de l'insuffisance respiratoire chronique (IRC)

  • La ventilation alvéolaire est commandée par des centres respiratoires
  • Les centres respiratoires sont stimulés par :
    • La PaO2 : pression partielle exercée par l'oxygène (O2) dans le sang artériel
    • La PaCO2 : pression partielle exercée par le dioxyde de carbone (CO2) dans le sang artériel
  • Dans l'insuffisance respiratoire chronique, il existe une hypercapnie de base (chronique) (élévation de la PaCO2)
  • L'hypercapnie de base entraîne une accoutumance des centres respiratoires à ce taux élevé de PaCO2
  • L'accoutumance des centres respiratoires à l'hypercapnie de base fait que le seul stimulus pouvant influencer la ventilation est la PaO2
  • Le fait que la PaO2 soit le seul stimulus pouvant influencer la ventilation entraîne d'importantes conséquences lors de l'oxygénation médicale :
    • Un apport important d'oxygène entraîne une régulation négative des centres respiratoires
    • La régulation négative des centres respiratoires entraîne une hypoventilation
    • L'hypoventilation entraîne une majoration de l'hypercapnie de base (élévation de la PaCO2)
    • La majoration d'une hypercapnie déjà existante entraîne un coma hypercapnique

4. Matériel nécessaire

  • Dispositif d'administration :
    • Sonde nasale à oxygène
  • Source d'oxygène :
    • Prise murale d'oxygène :
      • Rotamètre (débitmètre à flotteur (bille en rotation))
      • Humidificateur
      • Tuyau souple
      • Raccord biconique
  • Bouteille d'oxygène
    • Manodétendeur : permet de mesurer la pression, exprimée en bars, régnant dans la bouteille (manomètre) et d'ammener l'oxygène stocké sous haute pression à une pression plus faible où ce gaz pourra être utilisé (détendeur)
    • Tuyau souple
    • Raccord biconique
  • Sparadrap
  • Mouchoir
  • Réniforme
  • Sacs à élimination des déchets :
    • Sac à élimination des déchets assimilés aux ordures ménagères (DAOM)
    • Sac à élimination des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI)
  • Nécessaire à l'hygiène des mains :
    • Lavage simple des mains / Traitement hygiénique des mains par frictions
  • Solution détergente-désinfectante et chiffonnette

5. Procédure

5.1 Préparation du patient

  • Informer le patient sur les modalités du soin
  • Installer confortablement le patient en position demi-assise ou assise
  • Faire moucher, tousser et cracher le patient

5.2 Préparation du matériel

  • Nettoyer et désinfecter le plan de travail
  • Réaliser une hygiène des mains : Lavage simple des mains / Traitement hygiénique des mains par frictions
  • Regrouper et disposer l'ensemble du matériel nécessaire :
    • Vérifier les dates de péremption
    • Vérifier l'intégrité des emballages
  • Ouvrir aseptiquement le matériel
  • Adapter le rotamètre à la source
  • Adapter l'humidificateur au rotamètre
  • Raccorder le tuyau souple ou le dispositif d'administration d'oxygène à l'humidificateur

5.3 Réalisation

Caractéristiques de la sonde nasale à oxygène

  • Débit moyen : 1 à 6 lpm (litre par minute)
  • Fraction inspirée en oxygène (FiO2) : 30 % à 50 %
    • La fraction inspirée en oxygène obtenue dépend du type de respiration et des volumes respiratoires

Utilisation

  • Repérer la longueur de sonde à introduire dans la narine : distance nez-tragus (tragus : partie centrale de l'oreille, placée devant le conduit auditif externe)
  • Demander au patient de mettre la tête en arrière : permet de libérer les voies aériennes
  • Lubrifier la sonde avec de l'eau
  • Introduire la sonde de la distance mesurée au préalable : la sonde se situera à l'extrémité inférieure du palais
  • Raccorder la sonde nasale directement à l'humidificateur ou par l'intermédiaire du tuyau souple avec un raccord biconique
  • Régler le débit d'oxygène
  • Fixer la sonde sur le nez ou le front avec du sparadrap
  • Tracé un repère sur la sonde au feutre indélébile : permet de repèrer si la sonde s'est déplacée
  • Changer la sonde quotidiennement
Sonde nasale à oxygène
Débit FiO2
1 lpm 30 %
2 lpm 33 %
3 lpm 36 %
4 lpm 39 %
5 lpm 42 %
6 lpm 45 %
7 lpm 48 %
8 lpm 50 %
lpm : litre par minute
FiO2 : fraction inspirée en oxygène

6. Complications - Incidents - Accidents

  • Effets nocifs de l'oxygène :
    • Sécheresse voire lésion des muqueuses : humidification de l'oxygène par barbotage dans un humidificateur pour des débits supérieurs à 3 lpm (litres par minute)
    • Toxicité de l'oxygène par production de radicaux libres dans les poumons, lors de l'utilisation prolongé à une fraction supérieure à 60 %
    • Majoration d'une hypercapnie lors de l'insuffisance respiratoire chronique
  • Irritation de la muqueuse, nécrose du nez

7. Surveillance

  • Coloration des téguments
  • Paramètres vitaux : conscience, pression artérielle, fréquence cardiaque, fréquence respiratoire, amplitude respiratoire, saturation pulsée de l'hémoglobine en oxygène (SpO2)
  • Vérification du débit
  • Vérification du niveau d'eau dans l'humidificateur
Mise à jour le 27/12/2016
Morgan PITTE
Infirmier Cadre de santé
Rédaction EspaceSoignant.com
Bonjour, et bienvenue sur EspaceSoignant.com
Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité. C'est votre droit. Tous les services d'EspaceSoignant.com sont gratuits pour mieux vous accompagner au quotidien.
Sans la publicité qui finance le développement du site, EspaceSoignant.com ne peut pas vivre.

Nous vous invitons à désactiver votre bloqueur de publicité lorsque vous êtes sur EspaceSoignant.com,
et à recharger la page pour poursuivre votre navigation

Merci de votre soutien !

Mon bloqueur est désactivé, je recharger la page