pub
Module 3 - Pathologies

Détresse respiratoire aiguë

1. Définition

La détresse respiratoire est la forme asphyxique de l'insuffisance respiratoire aiguë.

La détresse respiratoire est la forme asphyxique de l'incapacité brutale et aiguë de l'appareil respiratoire à assurer une oxygénation suffisante du sang pour assurer les besoins tissulaires en oxygène (O2), une asphyxie d'installation rapide et mettant en jeu le pronostic vital, secondaire à l'atteinte des voies aériennes et/ou de l'altération d'une ou plusieurs fonctions de la respiration.

2. Physiopathologie

  • L'atteinte des voies aériennes et/ou de l'altération d'une ou plusieurs fonctions de la respiration entraîne une insuffisance respiratoire aiguë :
    • Atteinte des voies aériennes
    • Altération de la fonction neuromusculaire pulmonaire (fonction pompe du poumon)
    • Altération de la fonction d'échanges gazeux à travers la membrane alvéolocapillaire
    • Altération de la fonction de transport en oxygène jusqu'aux tissus
    • Altération de la fonction de transfert de l'oxygène aux tissus puis aux cellules et aux mitochondries
  • Les altérations de l'appareil respiratoire et l'altération des échanges gazeux entraînent :
    • Une hypoxémie (diminution de la PaO2) :
      • Hypoxémie par hypoventilation alvéolaire
      • Hypoxémie par effet shunt (zone perfusée non ventilée)
    • Une hypercapnie (augmentation de la PaCO2) :
      • Hypercapnie par hypoventilation alvéolaire

3. Etiologies

  • Obstruction des voies aériennes (fausses routes, troubles de la déglutition, chute de la langue, corps étrangers, oedème, spasme)
  • Encombrement bronchique (infection, trouble de la conscience)
  • Oedème aigu du poumon (OAP)
  • Noyades
  • Déformation vértébro-thoracique : volet thoracique, cyphose, scoliose, déformations thoraciques
  • Maladie neuro-musculaire : myasthénie, myopathie, polyradiculonévrite, poliomyélite, myopathie, paralysie
  • Epanchement pleural : pleurésie, pneumothorax
  • Pneumopathie
  • Pneumonies
  • Bronchopneumonies
  • Embolie pulmonaire
  • Intoxication médicamenteuse
  • Tumeur
  • Traumatisme du rachis cervical
  • Accident vasculaire cérébral (AVC)
  • Thrombose vasculaire
  • Anémie
  • Etat de choc

4. Examens et signes cliniques

4.1 Signes cliniques liés à l'hypoxémie

  • Signes liés à l'hypoxémie :
    • Cyanose
    • Dyspnée à type de polypnée (tachypnée > 35 cpm)
    • Tachycardie ou bradycardie
    • Hypertension artérielle
    • Agitation voire agressivité
    • Arrêt cardiovasculaire

4.2 Signes cliniques liés à l'hypercapnie

  • Signes liés à l'hypercapnie :
    • Dyspnée à type de polypnée
    • Sueurs profuses
    • Encombrement par hypersécrétion bronchique et salivaire (hypercrinie)
    • Tachycardie
    • Hypertension artérielle
    • Astérixis (Flapping tremor) : abolition transitoire du tonus de posture de la main entraînant des battements irrégulier de grande amplitude et de basse fréquence
      • On observe des tremblements amples de la main par flexions du poignet semblables à des battements d'ailes
    • Somnolence voire coma

4.3 Signes de lutte respiratoire

  • Signes de lutte respiratoire :
    • Tirage sus-sternal
    • Tirage intercostal
    • Balancement thoraco-abdominal par épuisement diaphragmatique (respiration paradoxale ou asynchrone) : soulèvement de l'abdomen et enfoncement du thorax à l'inspiration
    • Battement des ailes du nez chez l'enfant : dilatation inspiratoire des orifices narinaires

4.4 Signes de gravité

  • Signes de gravité :
    • Etat de choc :
      • Hypotension artérielle
      • Tachycardie
      • Marbrures cutanées
      • Froideur des téguments
      • Cyanose
      • Oligurie
      • Polypnée
      • Sueurs
      • Trouble de la conscience
    • Altération de la conscience

5. Examens et signes paracliniques

5.1 Examens biologiques

  • Gazométrie artériel : permet de confirmer le diagnostic
    • Hypoxémie
    • Acidose respiratoire

5.2 Examens médicaux

  • Radiographie thoracique : permet le diagnostic étiologique
  • Débit expiratoire de pointe (DEP) ou Peak-flow : débit d'air maximal soufflé le plus énergiquement possible
    • Permet d'évaluer la gravité : l'importance de la diminution du débit indique la gravité
  • Electrocardiographie (ECG) :
    • Hypertrophie auriculaire droite
    • Hypertrophie ventriculaire droite

6. Complications

  • Décès par arrêt cardiorespiratoire
  • Insuffisance respiratoire chronique

7. Prise en soins

  • Prise en charge médicale :
    • Libération des voies aériennes supérieurs (LVAS)
    • Oxygène médical
    • Ventilation non invasive (VNI) : améliorer la ventilation alvéolaire et diminuer la fatigue des muscles respiratoires
    • Assistance ventilatoire
    • Intubation trachéale voire trachéotomie : assurer la liberté des voies aériennes en cas de détresse vitale
    • Bronchodilatateur
    • Corticoïde
    • Antibiotique
  • Prise en charge kinésithérapique :
    • Kinésithérapie respiratoire
  • Prise en charge étiologique
Mise à jour le 19/12/2016
Morgan PITTE
Infirmier
Rédaction EspaceSoignant.com